Découvrez la biodiversité du canal de l'Ourcq

Le canal : un écosystème à part entière

Un écosystème est un ensemble composé d’un environnement appelé le biotope (climat, géologie, géographie), des individus s’y développant appelé la biocénose (animaux, végétaux, microorganismes) et de leurs interactions.
L’écosystème « canal » abrite une riche diversité du vivant. Ainsi, il comprend de nombreuses bactéries (10 000 à 100 000 par cm3), du plancton (algues unicellulaires de très petite taille présente en abondance) et de nombreuses hydrophytes (type de plante qui vit en partie ou totalement immergée dans l'eau).
Les animaux sont largement représentés par les macro-invertébrés, soit des insectes et leurs larves (libellules, éphémères, moustiques), des vers, des mollusques (moules d’eau douce), et des crustacés (aselles, gammares). 


Libellule port aux perches

Gardon

Mais y subsistent, bien que dans des proportions inférieures aux précédents groupes, des vertébrés tel que des poissons (gardons, perches, tanches), des batraciens (tritons, grenouilles, crapauds), des reptiles (couleuvre à collier, inoffensive), des oiseaux (canard colvert, poules d’eau, oies), et des mammifères pour la plupart nuisibles (rat d’eau, rat d’égout, rat musqué, ragondin).

L’environnement d’un canal

Un canal est constitué soit par une tranchée creusée en site vierge, soit par une rivière aménagée.
Dans tous les cas, les caractéristiques sont approximativement les mêmes : il y a une régularité du cours, une homogénéisation du fond et des berges et un contrôle des niveaux d'eau par des écluses. Il y a toujours absence ou perte de la diversité ou son appauvrissement avec, comme conséquence, l'appauvrissement du milieu vivant.
L'eau est l'élément essentiel du biotope. Dans l'écosystème "canal" cette eau est presque stagnante, à courant lent donc avec des possibilités réduites d'aération : la seule agitation est due aux croisières et au fonctionnement des écluses.

Ecluse port aux perches

Mais les eaux sont fatalement sujettes à des pollutions diverses avec de faibles possibilités d'autoépuration. Les pollutions subies sont nombreuses : matières en suspension (MES) en provenance de l'érosion des sols agricoles et des ruissellements superficiels : elles vont constituer la vase. Il y a également les matières organiques et chimiques d'origines diverses : rejets industriels, rejets urbains (eaux usées domestiques), rejets des stations d'épuration (qui ne sont jamais épurés à 100%) et pollutions diffuses agricoles (engrais, pesticides)- pollutions amenées par les fossés et les rivières qui se jettent dans les canaux. Ceci implique une gestion rigoureuse du milieu.

La ville de Paris et Le Port Aux Perches préservent cette richesse naturelle

Le canal est régulièrement entretenu pour éviter l’eutrophisation (la dégradation) du milieu. Ainsi, un faucardage (fauchage) régulier des roseaux, excès d’algues et autres plantes aquatiques est réalisé pour aérer le milieu. Les vases sont également épurées, à raison de 1000 tonnes par ans. Ces vases séchées seront réutilisées dans les travaux publics, en remblai de voies naturelles ou en matériaux de consolidation. La qualité de l’eau est également surveillée. Chaque mois sont effectuées des analyses sur 9 sites le long du canal. Cela permet de détecter une pollution soudaine, et d’assurer le maintien de la qualité des eaux de l’Ourcq.

Logo tampon or 150

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.